Non classé

De bonnes nouvelles

Coucou,

Me revoilà pour donner des nouvelles.

L’examen que j’ai eu juste avant mon opération pour trouver le ganglion sentinelle c’est bien passé. L’équipe médicale à été au top et très bienveillante avec moi. Voir le signe nucléaire partout est assez étrange et surtout se faire injecter un produit radioactif (très minime je vous rassure ) ça reste dérangeant. Ce rendez-vous à été très long (3h) et là encore j’ai pu constater que je faisais partie des plus jeunes patients présents ce jour-là mais discuter avec ces personnes avec tout type de cancers je peux vous assurer que ça calme et je me dit que ma maladie n’est pas forcément la plus terrible par rapport à d’autres cancers mais voir le nombre de personnes présentes ça fait beaucoup réfléchir. D’ailleurs je n’ai pas pu m’approcher de mon fils car il était recommandée que les jeunes enfants soient approchés les 12h suivant l’injection. Le soir c’est mon mari qui a dû gérer le petit de À à Z.

Mon opération :

Ça y est je suis passé sur le billard il y a plusieurs jours de cela. L’opération c’est plutôt bien passé dans l’ensemble, j’étais très anxieuse pour l’anesthésie générale et j’avais même évoqué avec l’anesthésiste de faire une péridurale tellement l’anesthésie générale me foutait les jetons (vous voyez la nana qui a peur de ne pas se réveiller ben c’était moi). Finalement le jour J et après avoir discuté avec les infirmières j’ai changé d’avis et finalement j’ai opté pour l’anesthésie générale (faut dire qu’un réveil à 4h30 du matin m’a pas mal aidée à choisir cette option!). L’opération a été très rapide et je ne pensais pas que l’anesthésie générale m’aurait endormie si vite !. Jusqu’en début d’après-midi j’ai été dans les vapes mais après j’ai pu émerger. Je me suis réveillée avec un plâtre assez volumineux et je suis reparti avec des béquilles de l’hôpital le soir même.

Les jours suivants :

Outre le fait d’avoir un gros plâtre à la jambe, j’ai commencé injections de coagulants et les soins de mes plaies par une infirmière qui est l’une de mes amies. Bizarrement mon exérèse à la jambe m’a fait beaucoup moins mal que lors de la première faite par mon dermatologue en septembre, c’est surtout ma plaie de ma greffe qui m’a fait le plus mal. Cinq jours après mon opération j’ai revu le docteur Bistouri qui c’est avéré bien plus sympa, il a été assez satisfait de voir le résultat et c’est félicité (il s’est fait des bisous le Monsieur ). Je me suis sentie libérer de ce fichu plâtre et j’étais ravie de pouvoir remarcher correctement même si ma plaie me fait encore très mal mais je sais que ça va être encore un peu long à ce niveau.

Et les résultats ?

J’ai revu l’éminent docteur ce jour et les nouvelles sont plutôt bonnes. Ma seconde excérèse n’a révélé aucune trace de métastases, ce qui est une excellente nouvelle. Du coup je n’aurais qu’un suivi médical tous les trois mois par le dermatologue avec bien entendu faire très attention à mon exposition au soleil dans les années à venir et dans 10 ans je serai considéré totalement hors de danger au niveau exposition au soleil, ce qui est une excellente nouvelle. Bien entendu je sais que désormais je vais devoir être très vigilante mais rien qu’à l’idée de ne pas à devoir subir une umminothérapie ou une chimiothérapie ça me soulage grandement. De plus, le projet bébé 2 n’est pas compromis et on croise les doigts pour que 2020 soit l’année d’une nouvelle grossesse.

C’est donc avec le coeur plus léger que j’aborde cette fin d’année et je vais pouvoir à nouveau profiter de ce cadeau que m’offre la vie.

Je ne sais pas si mon témoignage sera utile mais si vous lisez cet article, essayez de faire attention à votre peau en vérifiant bien vos grains de beauté et n’hésitez pas à faire une visite chez le dermatologue voir de le faire lors de la journée de dépistage du cancer de la peau qui a lieu en mai (c’est gratuit durant cette période). Pour mon cas, bien que je n’ai pas trop traîner mon mélanome a atteint le stade 2. D’ailleurs Poupou devra être suivi à partir de ses 14 ans car avant selon l’éminent docteur c’est trop précoce. Mes parents doivent également avoir un suivi au dermatologue vu que j’ai eu un mélanome.

Bref, la leçon que je tire de cette expérience c’est qu’il faut profiter de chaque instant que nous apporte la vie. Ces derniers mois ont été de sacrées montagnes russes au niveau des émotions. J’ai pu voir aussi que le peu de personnes qui étaient au courant de ma maladie m’ont bien entouré et ont été une sacrée bouffée d’air frais dans cette épreuve surtout les quelques jours précédents les résultats finaux.

Pour finir, je dirai que ma vision de la vie va pas mal changé.

D’ailleurs encore merci aux personnes qui m’ont laissé des gentils messages, même si nous ne nous connaissons pas vos messages m’ont fait très plaisir et toucher.

Non classé

Vers le chemin de l’espoir…

Hello, après mon dernier article bien tristounet je reviens donner quelques nouvelles sur ma maladie et mon quotidien.

Le rendez-vous avec l’éminent docteur:

Comme j’en avais parlé dans mon précédent article, j’ai eu mon rendez-vous avec l’éminent docteur (on va le surnommé ainsi ici) il y a plusieurs jours de cela. Déjà voir que j’étais la plus jeune patiente à attendre dans la salle d’attente ça fout une sacrée claque mais comme me l’ont dit mon médecin généraliste et le Dermatologue je suis un cas atypique vu que c’est une maladie qui touche plus les quinquagénaires voir plus. Le rendez-vous en lui-même c’est bien passé dans l’ensemble, l’éminent docteur à été très sympathique et m’a bien expliqué les prochaines étapes qui m’attendent y compris la seconde opération où je vais me faire retirer un peu plus de peau ainsi qu’un ganglion pour voir si la maladie c’est propager ailleurs même si d’après mon scanner et ma radio au thorax ainsi que la palpation de la zone où ce vilain mélanome c’est niché il n’y a rien mais ça fait partie du protocole. Il m’a également à nouveau osculté de la tête aux pieds pour voir si un de mes grains de beauté ne présentait pas une anomalie (Tant qu’on y ait !) Et oh joie RAS de ce côté là. Donc il y a deux solutions qui se présentent à moi. La première est que la peau prélevée lors de ma seconde opération s’avère comporté des métastases et là je part pour un an de ttraitement en umminothérapie avec interdiction de songer à une seconde grossesse (logique). La seconde option est que tout est Ok et le parcours s’arrête et hormis une surveillance par mon dermatologue (celui-là il va devenir l’un des spécialistes de mon Top 5 !) À vie!. Je suis sortie de ce rendez-vous assez rassuré même si je sais que je ne suis pas sortie d’affaire. Je le reverrai quinze jours après mon intervention chirurgicale pour avoir les résultats.

Le rendez-vous avec le docteur Bistouri :

Juste après le rendez-vous avec l’éminent docteur, j’ai rencontré le docteur Bistouri qui est le chirurgien qui va m’opérer dans les prochaines semaines. Ce rendez-vous à été un peu déroutant. Quand l’éminent docteur m’a annoncé dix jours de convalescence, le docteur Bistouri m’a parlé de quinze jours voir un mois de convalescence et outre le fait que ce bonhomme était aussi aimable qu’une porte de prison je lui ai clairement dit que c’était inenvisageable vis-à-vis de mon travail. Bref, ce rendez-vous avec le docteur Bistouri m’a pas mal dérouté et me dire qu’une personne ayant un zéro pointé au niveau humain, ça ne me rassure pas des masses et je stresse pas mal notamment avec l’anesthésie générale. Affaire à suivre.

Le boulot :

Les médecins m’ont déconseillé de dire dès à présent pour ma maladie à mes employeurs. J’ai annoncé à mes managers que je devais subir une opération à la jambe avec une période de convalescence. J’étais très inquiète pour cette annonce car bon jusqu’à maintenant je n’ai pas été très chanceuse avec mes précédents employeurs mais à ma grande surprise tout c’est bien passé et même si j’ai proposé de faire du télétravail (je sais c’est mal et ça ouvre la boîte de Pandore ) mes Managers m’ont dit de me reposer et que la santé c’est prioritaire. Cette réaction m’a mis du baume au cœur et ça me permet de moins culpabiliser pour mes jours d’absence. J’espère simplement que je n’aurais pas de mauvaise surprise à mon retour. D’ailleurs si jamais mes résultats s’avèrent mauvais je devrais leurs dire la vérité sur mes problèmes médicaux notamment pour un aménagement de mon temps de travail et là encore je flippe.

La famille et les amis :

Je vais sans doute paraître bizarre mais je n’ai pas annoncé la mauvaise nouvelle à ma famille notamment à mes parents car je ne veux pas qu’ils se fassent du mouron à cause de moi et surtout devoir subir leur stress en plus du mien c’est tout bonnement impossible pour moi à porter actuellement. Je sais c’est pas du tout gentille et très égoïste mais je ne suis pas dans une phase top moumoute au niveau psychologique. Quant à ma belle famille, Monsieur Nounours l’a dit à ses parents alors que je ne voulais pas mais ce dernier à prétexté qu’étant donné que sa mère avait eu un cancer il y a quelques années elle serait là pour me donner des conseils. Eh bien, vous voulez rire, ma chère belle mère n’a pas daigné de m’appeler ou de m’envoyer un sms ou un mail pour compatir de mon malheur. Peut-être à t-elle peur que je l’envoie bouler mais un tel silence montre que mes beaux parents ne m’apprécie pas, bref ça va être cool les fêtes de fin d’année!. Quant à mes amis, il n’y a que trois amis qui sont au courant pour mon mélanome. La première est une amie qui est infirmière et qui a longtemps travaillé dans un service de cancéreux et qui connais très bien la problématique et c’est elle qui me fera mes soins après mon opération et qui est très compréhensible et à l’écoute. Les deux autres sont des amis à Monsieur Nounours car le premier habite pas loin de chez nous et peut éventuellement s’occuper de Poupou le jour de mon opération en le cherchant le soir à l’école. Quant au second copain, celui-ci a malheureusement eu un mélanome l’an dernier et ses conseils me sont très précieux notamment pour le traitement en immunothérapie vu qu’il est passé par là. Pour les autres, je n’ai rien dit car je suis dans un sentiment très ambiguë et je n’ai pas envie de susciter de la pitié et je ne sais pas trop ce que ça peut engendrer derrière car bon avoir une copine cancéreuse, c’est pas tip top. Bref, c’est compliqué. J’attends les résultats finaux pour annoncer la nouvelle et je serai fixée, ça me permettra de voir sur qui je peux vraiment compter ou non.

Donc voilà les nouvelles du front.

J’espère pouvoir revenir bientôt avec de meilleures nouvelles. J’essaie d’être positive mais il y a des moments vraiment pas glop et heureusement que je peux compter sur mon mari qui est là pour me faire rire et surtout me rassurer le mieux qu’il peut.

Non classé

Quand vient la tristesse…

En ce moment je vois beaucoup de jolies nouvelles, que ce soit des mariages, des annonces de naissances ou futures naissances, un achat immobilier…, bref beaucoup de joie pour ces personnes que je connais.

Malheureusement, pour moi, ma vie est en train de tourner au cauchemar. Dans l’un de mes précédent article, j’avais évoqué un soucis venant d’un grain de beauté qui avait fait son apparition vite et avait surtout grossit très rapidement. J’avais consulté mon médecin généraliste qui m’avait dit de voir au plus vite un dermatologue pour mon problème et grâce à lui j’ai pu avoir un rendez-vous dans les quinze jours qui ont suivi. Le dermatologue avait conclut à une tumeur de Spitz au vu de l’état de mon grain de beauté et me l’a ôté début septembre.

Cette semaine j’ai eu les résultats de l’analyse de ce grain de beauté et il s’avère que ce n’était pas une tumeur de Spitz mais bel et bien un mélanome. Le dermatologue m’a annoncé la marche à suivre notamment le suivi par un grand ponte de la dermatologie de Lyon au début du mois d’octobre et les différents scénarios de ce qui découlera des nouveaux résultats de ma seconde intervention chirurgicale et de son suivi.

Mon état d’esprit :

Je vais être honnête, cette nouvelle m’a à la fois sonner car je fais partie de ces cas qui ont un mélanome alors que l’exposition au soleil n’est pas l’un des critères prépondérante (je n’ai jamais été une grande fan de faire le toast à la plage non stop!) mais plutôt à cause de mon type de peau (paye ta peau clair!) et surtout attristée. J’ai beaucoup pleuré (je pleure même encore) car j’ai pensé à mon mari et mon fils et les conséquences que vont avoir cette maladie dans notre vie familiale. Il y a également beaucoup de peur, car je ne sais pas ce que je vais devenir après les résultats de ma seconde intervention chirurgicale, peur pour mon travail, moi qui venait de retrouvé un poste qui me plaît avec des chouettes collègues et je ne sais même pas si j’aurai le droit à un aménagement pour mon temps de travail vu que je suis encore en période d’essai et que la peur qu’on me dise au revoir à cause de cette saloperie de maladie et devoir recommencé à recherché un nouvel emploi et tout ce qui va avec. Et surtout ce qui me fait très peur, c’est d’imaginer mon fils devenir orphelin de mère et devoir vivre sans moi, il est encore si petit, sans parler de ma famille qui ne sont pas au courant de la nouvelle (j’attends de voir à quelle sauce je vais être mangé en octobre pour annoncer à mes proches ma maladie et ses conséquences sur les prochains mois). J’ai également un sentiment de colère, car je me dit pourquoi moi.

Bref , je suis complètement déboussolée même si je sais que de nos jours le cancer de la peau se soigne très bien et d’ailleurs le professeur que je dois voir prochainement est un éminent spécialiste en matière de cancer de la peau.

Envisager un avenir? :

Autre interrogation qui me fait peur, c’est surtout qu’avec Monsieur Nounours nous envisagions de nous lancer dans l’aventure du deuxième bébé l’an prochain mais avec cette mauvaise nouvelle, celle-ci semble plus que compromis surtout si il y a une chimiothérapie et avec mon âge qui avance, ça n’augure rien de très positif. J’ai posé la question au médecin et il a été très vague sur le sujet, du coup je commence à me faire à l’idée que je n’aurais qu’un seul enfant car même si je suis guéri rapidement il y a un délai à attendre et d’ici là je serai plus proche des 40 ans et je ne sais pas si j’aurais la force d’entamer un parcours en PMA et si ma fertilité est encore présente.

Là encore c’est un sujet qui me donne les larmes aux yeux, moi qui voulait offrir un petit frère ou une petite soeur à mon fils, je pense qu’il va falloir que je fasse un deuil sur ça.

Cette maladie me contraint également à devoir revoir mon alimentation et ma façon de vivre.

Malgré ça, j’ai la chance d’avoir un mari qui me soutient beaucoup dans cette épreuve et je sais que je peux compter sur lui pour m’accompagner sur ce chemin périlleux qui m’attend dans les prochains mois.

Je sais que mon article paraît bien noir et très pessimiste mais c’est mon état d’esprit du moment bien que j’essaie d’être positive. J’espère vraiment que le roi des démons va me lâcher la grappe car on peut dire que 2019 est une année assez mauvaise pour moi. Vivement 2020, enfin si bien qu’elle me soit plus positive que 2018 et 2019 réunies !.

Non classé

Vacances j’oublie tout !

Hello everybody. Me revoilà après plusieurs mois de silence. Je vous donne quelques nouvelles de ce qui c’est passé dans ma petite vie.

Le travail :

Il y a eu beaucoup de changements dans ma vie professionnelle ces derniers mois. L’emploi que j’occupais depuis la fin de mon retour de congé maternité à pris fin suite à une rupture conventionnelle de la part de mon employeur dû en grande partie à la loi des finances qui a pas mal impacté le secteur d’activité dans lequel je travaille. J’ai accepté cette rupture conventionnelle car le poste que j’occupais ne me convenait pas à 100% et que je cherchais à en partir, et du coup cette rupture conventionnelle est tombé à point nommé. J’ai retrouvé un emploi à peine avoir fini avec l’autre et je n’ai pas eu beaucoup de congés pour souffler!. Cet emploi était pas mal sur le papier, un salaire plus important, un nouveau secteur d’activité que je ne connaissais pas trop mais malheureusement il c’est avéré que ça ne me correspondait à 100% et surtout un employeur qui m’a pas mal déçu sur plusieurs points. Donc juste avant la fin de ma période d’essai j’ai dit bye bye à mon employeur. Le soir où j’ai fini mon poste j’ai eu un entretien qui c’est avéré positif et je commençais mon emploi actuel deux semaines après. Ce poste me plaît beaucoup, je m’y sent comme un poisson dans l’eau, mes collègues sont sympas, il y a beaucoup d’avantages (chose que je n’avais pas avec le précédent employeur) et surtout des Managers humains et ça c’est quelque chose que je n’avais plus eue depuis plusieurs années. Bref, j’espère que la chance du côté professionnel va revenir une bonne fois pour toute et ne pas me lâcher parce que bon j’ai été plutôt malmené à ce niveau là ces quatre dernières années. J’ai même pu négocier une semaine de vacances pour profiter de la mer avec Monsieur Nounours et Poupou.

Poupou :

Mon petit bonhomme à fêter ses trois ans au début de l’été. Pour la première fois on a organisé un anniversaire avec trois de ses petits copains et il a adoré. Au niveau acquis, il parle très bien pour son âge (son vocabulaire c’est beaucoup enrichi entre décembre et aujourd’hui ), il est très débrouillard, et surtout il est propre depuis deux mois maintenant. D’ailleurs ce n’était pas gagné d’avance qu’il soit propre pour la rentrée mais le miracle (nous ne sommes pas aller à Lourdes pourtant !) a fait que deux jours après ses trois ans il nous demande de mettre un slip. En accord avec la nounou, on l’a accompagné dans cette phase et il n’y a eu que très peu d’accidents. Du coup nous avons un petit garçon propre le jour (la nuit c’est pas encore ça) qui est très heureux de porté des slips Sam le pompier (oui bon faut bien encourager ce brave petit ) et fin prêt pour la rentrée. En parlant de l’école, il a pu faire la connaissance de sa future institutrice et voir certains de ses futurs petits camarades de classe mais je reviendrai dessus dans un prochain article. La phase du Terrible Two est en train de s’en aller même si il y a encore des moments pas faciles à gérer mais ça va mieux. J’espère que l’école l’aidera à être encore mieux dans ses baskets. Autre changement, le contrat avec sa nounou c’est fini fin juillet, ce fut un petit moment triste mais nous sommes contents qu’elle a permis à Poupou de devenir ce petit garçon espiègle. Il va avoir une nouvelle nounou pour le mercredi (je ne peux pas me permettre d’avoir un 80% le mercredi pour le moment avec mon nouvel emploi ), ça va encore être un sacré changement mais j’ai confiance en lui.

Monsieur Nounours :

Mon mari étant encore en déplacements pour son travail, je me suis retrouvé encore en mode maman solo durant plusieurs semaines et ces absences vont reprendre dès fin septembre pour jusqu’à la fin de l’année mais nous savons que ce projet permettra à Monsieur Nounours d’acquérir une belle expérience professionnelle pour son cv. En septembre nous allons fêter nos six ans de mariage (que le temps passe vite ).

La santé :

Autre fait de mon absence du blog, on m’a décelé une petite tumeur de Spitz à la jambe au début de l’été, heureusement pour moi ce n’est pas trop méchant et le Dermatologue va m’ôter Gullum (oui c’est son surnom à cette verrue) et j’espère faire partie des 80% des cas bénin, donc affaire à suivre.

Du coup je profite de ces quelques jours de farniente en famille avant de reprendre le train train quotidien et surtout d’accompagner mon petit Poupou dans sa nouvelle vie d’écolier.

Non classé

L’accueil des nouveaux élèves de maternelle (et des parents !)

Coucou, me revoilà après des mois de mai, juin, juillet et août bien remplies et j’ai pas mal de choses à vous raconter.

Aujourd’hui je vais vous parler des journées auxquelles nous avons été avec Poupou dans le cadre de l’accueil des nouveaux élèves et de leurs familles au sein de l’école où va aller Poupou.

La journée d’accueil des futurs élèves de maternelle :

Première étape, ce fut une après-midi pour la visite de la partie « maternelle  » de l’école (je précise c’est un établissement qui va de la maternelle au lycée), de la salle de classe et bien entendu faire la connaissance de la future institutrice de Poupou. Nous étions par petit groupe et avons pu voir certains des futurs petits camarades de classe de Poupou et leurs parents. Nous avons aborder avec l’institutrice des sujets comme la propreté, nos inquiétudes pour la rentrée de notre enfant, la vie de la classe… . Bref ce fut très instructif et avons appris que l’institutrice utilisait pas mal la méthode Montessori dans son enseignement et j’avoue avoir été surprise et ravie.

Du côté de Poupou : nous avions préparer Poupou de cette future visite grâce à l’aide de l’imagier des tout petits des éditions Fleurus (nous avons plusieurs livres imagier de cette collection et je les recommande vivement ) et de Timothé (Poupou adore ce personnage ), ce qui nous a été très utile.

La visite de l’école primaire et maternelle :

Une autre journée organisée par la direction de l’école avait pour but aux futurs élèves de l’école et à leurs parents de visiter l’établissement et faire la connaissance de l’ensemble des professeurs (le collège et le lycée c’est différent bien qu’ils soient sur le même site ). Nous avons été accompagné par une élève de cm2 qui nous a fait la visite de l’école et avons trouvé ça très intéressant. D’ailleurs Poupou à visiter toutes les classes et à vu tous les instituteurs y compris ceux qui seront en retraite d’ici qu’il atteigne leur niveau d’enseignement !.

Et pour finir nous avons pu nous rendre à la fête de l’école le dernier week-end de juin. C’était sympa mais avec la canicule ce fut un peu difficile et nous sommes reparti rapidement car c’était compliqué de tenir avec cette chaleur étouffante mais voir les spectacles et la kermesse à été très sympa et ça m’a rappelé des souvenirs.

Pour conclure, j’ai trouvé que ces trois journées ont été très instructif et nous a permis de mieux connaître le futur établissement de notre fils qu’il risque de fréquenter ces quinze prochaines années.

Et vous? Vous avez fait ce genre de visites des écoles de vos enfants ?.

Lifestyle, Maternité, scolarité

L’inscription à l’école maternelle

Et voilà, Poupou est désormais inscrit à l’école maternelle. Sacrée étape que voici dans la vie de tout jeune enfant et de parent bien entendu. Dans cet article je vais vous expliquer le marathon qu’à représenter l’inscription à l’école maternelle car ce fut un peu épique.

Au commencement :

Dans l’un de mes premiers articles, j’avais parlé de notre hésitation entre l’école publique et le privé et finalement nous avons opté pour le privé en grande partie pour ne pas à avoir à subir les grèves notamment celles de la cantine (Je sais c’est un argument très light mais quand les cantines scolaires de ta ville font une grève systématique tous les jours en deux mois c’est vite vu). Sans parler des retours très positifs de personnes de notre entourage sur la réputation de l’école privée et même si nous ne cautionnons pas à 100% le privé, le choix à vite été fait. Bref, le marathon allait débuter.

L’inscription c’est quand ?

Je savais que pour cet établissement il fallait s’y prendre trèès en avance grâce aux anciens collègues qui avaient leurs enfants scolarisés dans cette école et par les parents d’une petite fille qui avait été gardée avec Poupou avec l’ancienne nounou et qui avait obtenu une place pour la rentrée de 2018. Grâce à eux, je savais que dès la rentrée de septembre 2018 il faudrait que je contacte le secrétariat de l’école primaire pour obtenir la date du début des inscriptions. C’est donc deux semaines après la rentrée que j’ai envoyé ma demande au secrétariat et que j’ai su que l’inscription débutait mi-octobre et s’achevait en novembre.

Sur le starting bloc :

Après avoir cherché un modèle de lettre de motivation (oui vous avez bien lu) et suivi le conseil d’un couple d’amis qui ont des enfants scolarisés dans le privé, nous avons élaborés la lettre avec Monsieur Nounours et préparer d’autres documents au cas où pour être prêts le jour des inscriptions en ligne et pouvoir envoyer au plus vite le dossier le jour même du début des inscriptions. Le jour J j’ai passé toute ma matinée sur le site de l’école pour pouvoir télécharger le dossier de candidature (F5 aura été mon meilleur ami ce jour-là!). Une fois le dossier en ligne j’ai rempli le dossier de candidature en y joignant les documents nécessaires et dès que ce fut bon j’ai filé à la poste car le tampon faisait foi. Quelques semaines après nous avons reçu un courrier de l’école nous annonçant que Poupou était sur liste d’attente!. Malgré avoir renvoyé le dossier le jour même de l’ouverture des inscriptions mon fils était en liste d’attente, nous étions très étonné que dès le jour J les places de première année de maternelle était déjà prises. Nous étions déçus mais c’est le jeu ma bonne Lucette!.

Le revirement de situation :

Nous étions déjà à voir l’option du public quand trois semaines après avoir reçu la réponse négative nous avons reçu un appel téléphonique du secrétariat pour nous annoncer qu’une place c’était libéré et nous avions rendez-vous avec le directeur de l’école courant décembre pour un premier entretien et avoir le dossier d’inscription définitif. Nous étions contents de ce revirement de situation. Maintenant il fallait se préparer pour cet entretien.

L’entretien avec le directeur de l’école :

Décembre est rapidement arrivée et le jour du rendez-vous avec le directeur fut là. Nous devions rencontrer ce Monsieur sans notre fils (merci la nounou d’accepter de faire une heure et demie de supplément pour garder Poupou! ). Mon mari et moi étions fin prêt à rencontrer ce Monsieur. L’entretien c’est plutôt bien passé dans l’ensemble, la première partie fut la présentation de l’école avec la présentation du projet de l’école, la seconde partie fut de parler de nous et pourquoi le choix de l’établissement pour notre enfant et pour finir la visite de l’école notamment l’une des classes de petites section puis la remise du dossier d’inscription définitif à rendre rapidement.

Voilà Poupou était inscrit. Trois rendez-vous avec Poupou sont prévues pour le mois de juin dont une concerne la fête de l’école. Poupou verra pour la première fois sa future institutrice, ses futurs camarades de classe, bref ça se concrétise.

Je reconnais que c’est un sacré marathon pour inscrire son enfant dans cette école mais si tout va bien, nous sommes débarrasser de cette formalité administratives jusqu’au bac de Poupou si ce dernier souhaite faire route sa scolarité dans cet établissement sinon ce sera jusqu’en 3ème si tout va bien et si un second enfant vient agrandir la famille, il sera automatiquement pris dans l’école. Je sais que ça peut paraître idiot de faire autant d’histoire pour une école mais vu la réputation des écoles publiques de ma ville, ce choix aujourd’hui est ce qui nous correspond. Même mes beaux parents pourtant fervents défenseurs de l’école publique nous ont dit que nous avions fait un bon choix.

Je vous raconterai comment ce sera passer ces journées d’accueil des nouveaux élèves en juin pour Poupou.

Et vous, comment ça se passe les inscriptions scolaire par chez vous ?. Marathon ou à la cool?.

Non classé

L’entrée à la maternelle, cette étape cruciale

École

Aujourd’hui je vais abordé un sujet que j’ai pu voir ces derniers temps sur les réseaux sociaux, l’inquiétude des parents sur la prochaine entrée en maternelle de leurs petits et dont moi-même sera concernée pour mon petit Poupou.

Petit bébé devient grand :

Eh oui, ça y est notre tout petit qui encore hier était un nouveau-né va faire son entrée à l’école maternelle. Qui dit école maternelle, dit premier pas dans le long chemin de la scolarité et pour rien au monde on veut rater ça, qu’il soit en école publique, en privé ou en école alternative. Cette entrée à la maternelle nous mets une bonne claque à la figure en nous disant « ça y est ton petit devient grand » et bim les premiers cheveux blancs arrivent (là j’avoue que je pousse loin ^^). Encore hier, ton petit commençait à peine à marcher, que le voilà en train de maîtriser la propreté et à se sociabiliser avec pleins d’enfants (certes ce dernier point est sans doute déjà le cas).

58220058

La maternelle ce nouveau monde :

Comme tout parent Padawan que nous sommes, cette étape signe aussi une nouvelle approche de la parentalité. Déjà il y a l’inscription, qui peut s’avérer être un parcours du combattant (je ferai sans doute un article sur l’inscription de Poupou à son établissement), la rencontre avec le chef d’établissement, voir le corps professoral et bien entendu de la structure en elle-même (là on se dit que ça prend forme lorsqu’on voit la salle de classe).

La préparation de ton petit à nouvel univers tu suivras :

Une fois l’inscription de votre petit faite, il va s’ensuivre la préparation psychologique et ça c’est pas forcément gagner. Pour ma part nous préparons Poupou à ce passage dans le monde de la scolarité en lui ayant acheté des livres qui traite du sujet. On a emprunté à la bibliothèque un imagier sur l’école maternelle avec des véritables photos de salle de classe et autres joyeusetés qu’englobe une école maternelle. Nous avons également investi dans les livres de Pepa Pig (Poupou adore ce personnage ) sur l’école et la maîtresse d’école ainsi que celui de Timothé (Poupou adore les livres avec ce petit lapin ). Et nous allons parfois nous balader près de la future école de Poupou en lui expliquant que c’est là qu’il ira dès la rentrée de septembre. La prochaine étape étant une visite avec lui de l’école dans le mois de juin.

Et la prochaine étape c’est quoi ?

Ça va être d’acheter le cartable, la tenue du jour J, rendre Poupou propre (à l’heure où j’écris cet article c’est pas gagné la propreté ) et le nouveau mode de garde pour le mercredi et le midi vu que l’école de Poupou ne peut pas accepter les petites sections à la cantine car le réfectoire n’est pas assez grand. Sur ce point là, à force de chercher une nouvelle nounou, j’ai débuté la recherche dès le début de l’année car peu d’assistantes maternelle dans ma ville font le périscolaire et nous avons la chance d’avoir trouvé une nounou qui connaît bien l’école vu que ses propres enfants y sont allés et est à 10 minutes de l’école. Sinon j’ai déjà confectionné le sac à goûter de Poupou, une autre chose de faite.

Maintenant il nous reste à attendre septembre et essayer de guider notre petit à aborder cette nouvelle étape de sa vie d’enfant.

Et vous?, comment vous aborder ou avez aborder ce passage avec vos enfants ?.